dimanche 22 mai 2011

Ma trame sonore

Si vous le permettez, j'aimerais partager avec vous quelques récentes trouvailles musicales. Ceux qui me connaissent savent que j'ai tendance à imaginer que ma vie est une œuvre cinématographique qui n'en finit plus. Drame, comédie, romance, suspense et même parfois horreur sont au rendez-vous (le segment horreur, c'est quand Madonna joue à la radio ou dans un club).

Alors je reformule : si vous le permettez, j'aimerais partager avec vous la trame sonore de ma vie en ce moment précis.

Vous permettez ? Bien. Merci !



Monarchy


Je classerais l'excellent travail de Monarchy dans la catégorie électropop tragédico-euphorique. Oui, je viens d'inventer cette catégorie. Mais c'était nécessaire ! C'est que ce duo propose un son sophistiqué et hallucinant qui mêle toutes sortes d'ambiances en apparence contradictoires. Les rythme et les synthétiseurs sont là, mais ils sont utilisés différemment, avec une finesse qui déstabilise. L'ambiance est résolument théâtrale, et le résultat est souvent d'une grandeur surprenante. Ce sont des chansons qui se découvrent, qui stimulent et qui s'apprécient de par leur complexité. Un travail de maître. Mon coup de coeur officiel pour 2011, et peut-être même pour les années à venir.

À voir absolument : The Phoenix Alive, séduisante et dérangeante à la fois, puis I Won't Let Go, déchirante chronique d'une non-rupture, et dont le vidéo me laisse pantois. En prime, un petit documentaire qui vous fera réaliser que c'était assez dur d'arriver à les décrire !



Florence + The Machine


Une véritable force de la nature. Cette fille, d'une voix étonnamment puissante, chante avec toutes ses tripes. Je vis ce qu'elle me chante, tant c'est puissant. Son style musical, très britannique, accompagne parfaitement les moments où l'humeur n'est pas nécessairement au rendez-vous. On sent une authenticité, une sincérité qui apporte un certain réconfort. Son album Two Lungs est d'une profonde beauté, parfois violente, qui vous envahit complètement.

À voir absolument : Dog Days Are Over,enivrante et sympathique, ainsi que You've Got The Love, splendide moment d'émotion brute.


Marina & The Diamonds


On change un peu de registre, mais on reste en Grande-Bretagne. Que voulez-vous, ils s'y connaissent définitivement en matière de musique ! Marina, donc, est une séduisante chipie, avec une attitude parfaitement dosée en insolence. Son produit n'est toutefois pas fade, on sent une certaine maturité, un vécu qui apportent une nuance fort appréciable. On retrouve sur son album non seulement des morceaux qui donnent envie de taper du pied et de lancer du champagne à la figure de malheureux bourgeois juste pour le plaisir, mais aussi des moments plus introspectifs ou l'insécurité et le doute sont au rendez-vous.

À voir absolument : I Am Not A Robot, qui m'a apporté tant de réconfort, et Shampain, là ou Carie rencontre Thriller sur fond d'excès.


Nerina Pallot


Est folle !! Complètement zinzin !! Sur la pochette de son album The Graduate, elle porte un costume de lapin. Son univers est plutôt fascinant et enchanteur, et elle met une passion évidente à l'écriture de toujours souriantes mais jamais insignifiantes. Cela sied bien à sa tendance à ne pas se prendre trop au sérieux. C'est d'ailleurs à elle que l'on doit les chansons Aphrodite et Better Than Today de Kylie Minogue. Parfois folk, parfois pop, parfois acoustique, sa musique se savoure comme un repas en cinq déclinaisons. On passe habilement à travers toutes sortes d'ambiances qui nous rappellent que, finalement, c'est vrai que la vie est belle. Ah oui, j'oubliais : elle est également Britannique. Oh well !

À voir absolument : Put Your Hands Up, nouvel extrait qui représente assez bien la contagion de sa bonne humeur, et I Don't Wanna Go Out, totalement épidémique.

1 commentaire:

  1. Thanks, I am glad to read your topic and could participate comment here
    I keep visiting your blog every day to find out the latest topics that you share here
    Glad to be here, salute Vimax Vimax Canada Vimax Asli

    RépondreSupprimer